Présentation de la filière

La filière STAPS, proposée dans 50 structures en France et répartie sur 63 sites, connaît un net regain de popularité auprès des étudiants. Souvent présentée à tort comme une filière n'offrant que peu de débouchés professionnels, elle a connu des flux d'étudiants très irréguliers ces dernières années.

Orginellement orientée vers la seule formation des professeurs d’EPS, la filière STAPS a su se diversifier pour proposer des formations qui mènent vers des secteurs d'insertion professionnelle bien plus larges que l'Education nationale. Désormais, les différentes spécialisations proposées touchent, en ce qui concerne la licence (bac + 3), au management du sport, à l’entrainement sportif, à l’ergonomie du sport et la performance motrice, aux activités physiques adaptées, et à l'éducation et la motricité. Outre l'insertion professionnelle, la licence STAPS offre la possibilité de pousuivre les études par un master (bac + 5) voire faire de la recherche un doctorat (bac + 8).

Qui plus est, des diplômes courts et professionnalisants existent en parallèle ; il s'agit des diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques - DEUST - (bac + 2), accessibles après le baccalauréat, et des licences professionnelles (bac + 3), accessibles après l'obtention des deux premières années de licence STAPS.

 

Les étudiants dans le cursus STAPS

  • Les effectifs en 2011-2012

39 110 étudiants (soit 9,6 % de plus que l'année précédente) répartis de la façon suivante :

- 31 668 en licence dont 12 340 L1 néo-entrants (soit 17,9 % de plus que l'année précédente) ;

- 6973 en master ;

- 469 en doctorat.

 

                  Zoom : l'historique des effectifs en STAPS
En 1995, avant la suppression du concours d'entrée, 15 000 étudiants sont inscrits en STAPS.
En 2003, après huit années d'augmentation, les effectifs atteignent le pic de 47 738 étudiants.
En 2009, après six années de baisse, seuls 32 194 étudiants sont inscrits.
Depuis 2010, les effectifs croissent à nouveau de façon régulière.

 

30,4 % des étudiants sont des femmes, mais elles ne sont que 29,1 % en licence contre 35,8 % en master et 35,2 en doctorat.

 

  • Répartition des néo-entrants selon la série de bac

A hauteur de 63 % pour l'année 2010-2011, les néo-entrants en STAPS proviennent majoritairement d'un bac général (contre 73,1 % pour l'ensemble de l'université). Ils se répartissent de la façon suivante :

- Bac L : 3,3 % (contre 13,1 %) ;

- Bac ES : 23,3 % (contre 22,5 %) ;

- Bac S : 36,4 % (contre 37,5 %).

Toutefois, avec 27, 6 % des effectifs, les bacheliers technologiques composent eux aussi une large partie des néo-entrants (contre 16,8 % en moyenne). Les bacheliers en série STG composent 16,2 % du total (contre 9,8 %).

Les bacheliers professionnels constituent quant à eux 8,2 % de l'ensemble (contre 4,2 % en moyenne), alors que 1,2 % sont dispensés de bac.

 

  • Devenir des étudiants

64 % des étudiants poursuivent leurs études en STAPS à l'issue de la première année (contre 63,4 % pour l'ensemble des étudiants en première année), 6,3 % de réorientation vers une autre filière universitaire (contre 10,2 %) et 29,7 % de non-réinscription à l'université (contre 26,4 %).

S'agissant de l'insertion professionnelle, une étude du CEREQ de 2007 révèle que trois ans après la fin de leurs études, seuls 3 % des diplômés d'une licence en STAPS sont au chômage. Ce taux constitue le deuxième meilleur parmi les 19 disciplines interrogées.

 

Source : Repères et références statistiques 2012, MEN - MESER (août 2012).

 

Points à connaître avant de s'engager dans la filière STAPS

La première année est souvent vécue comme la plus difficile par les étudiants. Ainsi, les résultats du premier semestre sont souvent révélateurs : environ un étudiant sur deux n'obtient pas la première année de licence.

Ce constat résulte en partie du changement de rythme propre à l’université :

- l’absence d’obligation de suivre certains cours (notamment les cours magistraux) ;

- l'emploi du temps très variable d’un jour à l’autre ;

-  l’enchaînement intense d’activités physiques et sportives et de cours ;

-  une indépendance plus grande par rapport au milieu familial avec la gestion de son temps libre.

Tous les bacheliers quelle que soit leur série peuvent prétendre à l’entrée en STAPS. Attention toutefois ! Ne pensez pas qu’il suffit d’être à l’aise dans les pratiques sportives pour réussir des études en STAPS. Les étudiants sont évalués essentiellement sur les connaissances scientifiques dans les différents champs (sciences de la vie, sciences de l’éducation, sciences humaines et sociales, etc.).


Pour en savoir plus et devenir incollable sur la filière, consultez l'article "les 10 idées reçues sur les études en STAPS".

Les éditions Amphora, partenaire de l'ANESTAPS !

Part_Toulon

ANESTAPS - Association Nationale des Etudiants en STAPS
5 rue Frédérick Lemaître 75020 Paris
http://www.anestaps.org - contact@anestaps.org
ADANEOS SARL - Création de sites web - Développement informatique