Historique de l'ANESTAPS

1996 : Le concours d’entrée en STAPS est supprimé. La filière STAPS est alors prise d’un réel succès et le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter. Cependant les moyens humains, matériels et financiers ne vont pas en ce sens.

1er élue étudiant STAPS en France : 1er élue étudiant STAPS en France : Céline BERNARD-PUYAUBREAU est élue au Conseil d’Administration de l’Université de Bourgogne en 1996. Grâce à la rencontre de Christophe CICHOCKI (membre du bureau de la FAGE), Céline va représenter les étudiants en STAPS au nom de la FAGE dans les rencontres avec les ministères puis, devenir chargée de mission STAPS au bureau National de la FAGE. Avec Stéphane GAILLARD, chargé de mission sport Universitaire, ils vont commencer à réfléchir et à construire ensemble l’idée de  l’ANESTAPS.


1998 : Des premiers mouvements en STAPS naissent en novembre sur la massification de la filière. Le problème est que les étudiants présents n’ont pas de grandes revendications nationales mais plutôt par ville (liste des manques par ville : gymnase à Marseille,…).

Arrivent les partiels et les vacances de noël, le mouvement se désolidarise et certains UFR obtiennent des avancées. Néanmoins certaines villes gardent contact telles que Dijon, Nantes, Tarbes, Liévin et Besançon. L’objectif est alors de construire une structure pouvant représenter les étudiants de la filière.

 

 

1999 : Est organisée en février la 1ère Assemblée Générale Extraordinaire créant l’ANESTAPS en votant les statuts et en élisant le 1er  bureau national avec Jean Luc Charton (AE STAPS de Dijon) comme président.

5 associations sont adhérentes à l’ANESTAPS.

 

Novembre 1999 : L’AESTAPS de Nantes organise le 1er congrès de l’ANESTAPS où Jérémy Simon est élu Président pour un an.

Les orientations principales de l’ANESTAPS sont de communiquer sur la structure ainsi que de suivre les actualités des Ministères.

 

2000 : Le 2ème congrès de l’ANESTAPS élit  Xavier Courcambeck (AESTAPS de Nantes) et définit la représentation étudiante comme l’une des orientations principales de la structure. Ainsi durant le mandat, un travail est effectué sur les élections étudiantes afin d’avoir un maillage national des élus STAPS.

 

2001 : Pierre Rébillard de l’AESTAPS de Nantes est président de l’ANESTAPS. Entre ses mains durant son mandat, deux gros dossiers :

-      Article 43 de la loi sur le sport : « toute personne souhaitant entrainer, enseigner et encadrer une activité physique et sportive ne peut recevoir de rémunération que si elle possède un diplôme Jeunesse et Sport ».

Par le biais de la FAGE, de certaines associations et avec un très bon relationnel avec la direction les décrets d’application ne sont pas sortis.

-      La réforme du LMD bouleversant la structure de formation universitaire.

C’est également l’année où l’ANESTAPS adhère à la FAGE.

 

2002 : L’ABEEPS de Bordeaux organise son 1er congrès de l’ANESTAPS où Yann Soucaze est élu président (et qui devient un an plus tard le 1er élu CNESER STAPS)

A cette date 12 associations sont adhérentes à l’ANESTAPS.

Les objectifs de l’année suivent ceux de l’année précédente à savoir le  LMD et l’article 43 du Code du sport.

 

2003 : Le congrès de Dijon marque un tournant de l’ANESTAPS en vue du nombre d’associations présentes. En effet, une quinzaine demandent leur adhésion le samedi après midi lors de l’Assemblée Générale. Bertrand Perrin y est élu président de l’ANESTAPS.

L’actualité des STAPS est bouillante, le nombre de postes au CAPEPS diminue de moitié pour atteindre 700 et l’article 43 ressurgi avec les arrêtés. Tout cela entraîne une mobilisation très forte des étudiants partant en grève dans toute la France.

 

2004 : La Stapstitude de Besançon organise le congrès où Bertrand est réélu à la présidence, et réunissant plus de 25 associations afin d’établir  un constat des actions. Cet évènement débouche sur la programmation d’une manifestation en mars où plus de 10 000 personnes manifestaient.

S'en est suivie une réunion au ministère avec plusieurs revendications:

-          L’augmentation des postes au CAPEPS

-          La création d’un plan pluriannuel de recrutement des postes

-          Le retrait du décret de l’article 43 du code du sport

 

C’est également les prémisses de la création de la CNEEES (Coordination Nationale des Elus Etudiants et Enseignants en STAPS), organisation se mettant en opposition à l’ANESTAPS.

L’ANESTAPS continue son travail de fond sur la filière STAPS en rencontrant la C3D (Conférence des Directeurs de STAPS) et les différents Ministères (Education Nationale, Enseignement Supérieur et des Sports). C’est aussi cette année là que l’équivalence entre le tronc commun du Brevet d’Etat et le DEUG STAPS est acquit.

 

2005 : Le BDE STAPS de Montpellier organise le congrès de l’ANESTAPS où Mathias Abramovicz est élu à la tête de l’association.

Un important travail de réseau est alors lancé afin que l’ANESTAPS soit plus représentatif. Le mandat se fini avec pratiquement 30 associations adhérentes.

Cette année là marque surtout la création des fiches RNCP licence (validées en septembre 06).

 

2006 : C’est l’année du CPE (Contrat Première Embauche) où les étudiants se sont engagés dans une bataille contre le gouvernement. A côté, les étudiants en STAPS défilent eux aussi contre la suppression de postes au CAPEPS.

Le 16 mars est organisée la manifestation nationale où 10 000 stapsiens de toute la France sont dans les rues de Paris. S’en est suivie d’une réunion au ministère, mais au final : aucun changement.

C’est également l’année du lancement des 1000 emplois pour les STAPS (coupe du monde de rugby, handisport, sport dans les quartiers).

L’ANESTAPS compte 35 élus centraux et 1 élu CNESER : Guillaume Moulin.

En octobre 2006, le BDE UFRAPS de Lyon organise le congrès permettant à Anthony Michaud d’être élu président de l’ANESTAPS.

L’ANESTAPS se structure de plus en plus avec la mise en place par exemple de motion et de carton de vote et communique de plus en plus avec la mise en place d’une Newsletter.

Les rencontres avec l’ensemble de la branche professionnelle s’accentuent sur le dossier de la formation, notamment avec des conseillers du sport et de l’enseignement supérieur dans les ministères. Ainsi, l’ANESTAPS rencontre Jean Bertsch qui est mandaté pour rédiger un rapport sur l’offre publique de formation dans le secteur des Activités Physiques et Sportives.

La campagne nationale contre la sédentarité étudiante, Active Ton Bien Etre est lancée lors du congrès d’Amiens en février 2007.

 

 

2007 : Anthony est réélu président de l’ANESTAPS lors du congrès de rentrée organisé par l’AESTAPS de Dijon.

L’ANESTAPS doit devenir un centre de ressource pour les associations d’où la mise en place d’un plan de développement des associations. Aussi, le pôle de formation s’agrandi avec le premier weekend end de formation des formateurs ANESTAPS.

La 1ère mission de l’ANESTAPS qui est la représentation étudiante est renforcée avec l’organisation du 1er Séminaire National des Elus Etudiants en STAPS (SNEES) à Besançon.

Le travail sur la formation sport s’intensifie avec la sortie du rapport Berstch sur l’unification de l’offre de formation où plusieurs de nos propositions ont été retenues.

L’ANESTAPS lance sa première campagne de prévention contre le SIDA avec sa carte postale.

 

 

2008 : L’AESTAPS de Nantes organise le congrès de l’ANESTAPS en octobre. C’est à cette date là que Médéric Jacquemin prend la présidence de l’association.

L’année est rythmée entre la réforme de la formation des enseignants nommée Mastérisation, le dossier de la formation dans le domaine du sport et celui sur le sport à l’université.

Le mandat de Médéric est marqué par l’anniversaire des 10 ans de l’ANESTAPS fêté lors du congrès d’hiver organisé par l’ABEEPS.

 

 

2009 : Le BDE STAPS de Rouen organise le 21ème congrès de l’ANESTAPS où pour la 1ère fois c’est une femme qui prend la présidence de l’ANESTAPS : Enora Le Jeune.

Au programme : les élections étudiantes aux conseils de l’Université et du CROUS, la mastérisation, la formation sport, le sport à l’université, le développement du réseau,…

Les éditions Amphora, partenaire de l'ANESTAPS !

Part_Toulon

ANESTAPS - Association Nationale des Etudiants en STAPS
5 rue Frédérick Lemaître 75020 Paris
http://www.anestaps.org - contact@anestaps.org
ADANEOS SARL - Création de sites web - Développement informatique