Sport à l'Université

Les différents rapports émis depuis les années 1990 : rapport Favre 1991, du CNE 1999 et dernièrement le rapport Auneau - Diagana de juin 2008 ont tous avancé que les pratiques sportives sont porteuses de valeurs positives dans les domaines de la santé, du lien social, de la formation… Le sport y est reconnu comme un fait culturel et social. L’Université, dans le cadre de la formation à la culture générale, doit donc définir une politique en matière de sport. Ainsi, l’ANESTAPS a pu travailler sur le rapport Auneau-Diagana sorti en juillet 2008 montrant un désir d’attribuer au sport une place de choix dans l’Université.

Lorsque nous avons été auditionnés, nous avons mis en évidence que l'Enseignement Supérieur propose un accès réduit à la pratique sportive sur les campus. Les étudiants ne disposant pas de moyens suffisants ne peuvent ainsi plus faire de sport. Plusieurs points ont été énoncés :

  • Le manque d'infrastructures sportives et l’accès limité à proximité des campus ;
  • Le manque d'encadrement dans les universités pour répondre à la demande étudiante forte ;
  • Des pratiques trop coûteuses en dehors des universités ;
  • Le manque criant d'information sur les moyens de pratiquer ;
  • L'Université est en partie en cause de la diminution de la pratique sportive faisant place à une vie moins équilibrée : mauvaise alimentation, rythme de vie déréglé, comportements à risques… menant souvent à un mal être dans le milieu estudiantin.

 

Tout d’abord, une refonte de l’organigramme de l’offre sportive est indispensable pour rendre ce service lisible et attractif pour les étudiants. Dans ce cadre, l’ANESTAPS demande la mise en place d’un guichet unique d’accueil, concernant l’ensemble des offres de pratiques sportives universitaires. Bien évidemment, des moyens humains et financiers adaptés devront être mis en place. Communiquer efficacement est impératif afin de faciliter les inscriptions des étudiants comme les demandes de renseignement.

 

De plus, l’ANESTAPS souhaite que les étudiants STAPS soient associés à l’organisation et à l’encadrement des pratiques sportives à l’Université. Ils ne doivent cependant pas constituer une solution miracle dans ce dossier. L’association de ces étudiants sera intéressante en vue d’un complément de formation et d’une expérience professionnelle supplémentaire favorisant leur insertion professionnelle. En effet, les STAPS ont un rôle des plus importants à jouer dans le sport à l’Université. Que ce soit sous la forme d’unité d’enseignement libre, de stage ou d’emploi étudiant, un étudiant en STAPS, s’il rempli certains pré-requis dans son cursus, est à même de participer à l’encadrement d’une séance d’APS, établir un plan d’entrainement pour des équipes universitaires, organiser un évènement sportif…

 

Enfin, on voit apparaître dans de multiples universités des rapprochements entre UFR STAPS et SUAPS, l’objectif étant de ne faire plus qu’une seule structure. Ceci aboutirait à la création d’un grand « département des sports », avec une branche formation, une branche recherche et une branche animation et promotion du sport.

 

A l’heure actuelle, la charte sur le développement du sport à l’Université est en pleine rédaction. Cette dernière a été rédigée par la CPU (Conférence des Présidents d’Université) et le GNDS (Groupement National des Directeurs de SUAPS). Après être signée par les différents acteurs de la vie universitaire, cette charte sera mise en place dans les universités avec l’aide d’un guide.

Les éditions Amphora, partenaire de l'ANESTAPS !

Part_Toulon

ANESTAPS - Association Nationale des Etudiants en STAPS
5 rue Frédérick Lemaître 75020 Paris
http://www.anestaps.org - contact@anestaps.org
ADANEOS SARL - Création de sites web - Développement informatique